Méditation a la bonne heure 22 mai

22 mai

La fureur même des hu­mains te célèbre.

Psaume 76.11

C’est ici la seule voie qu’empruntent les hu­mains en exerçant leur prétendu libre arbitre. Point de neutralité, seulement de la fureur contre le Dieu saint. Une fureur qui ne laisse tranquille aucune partie de l’homme : tout son être en est rempli. Chose étonnante s’il en est, nous apprenons par notre texte qu’elle aussi célèbre Dieu. En effet, elle ne fait que valider ce qu’il proclame au sujet de l’homme : il est par nature entièrement corrompu et rebelle envers lui. Malgré son entière responsabilité en ce domaine, l’homme joue parfaitement son rôle dans le déroulement du dessein di­vin. La fureur des humains installe la couleur sombre sur l’ensemble du tableau du plan de Dieu ; elle n’en fait que mieux ressortir la lu­mière de la grâce qu’il exerce en Christ envers de si misérables pécheurs.

Méditation a la bonne heure 21 mai

21 mai

Lève-toi, Dieu ! Défends ta cause

Psaume 74.22

Ce psaume est une prière du croyant qui fait l’état des lieux de ses circonstances et qui demande à Dieu son intervention. Le psalmiste ne semble pas bien comprendre pourquoi Dieu laisse à son ennemi autant de latitude : comment l’ennemi pouvait-il ainsi se moquer allègrement de Dieu ? Il décide alors d’énu­mérer les hauts faits de son Sauveur, sa sou­veraineté sur toute la création, comme pour lui dire : « Tu es déjà intervenu, pourquoi n’in­terviens-tu pas encore, au regard de ce qu’ils font ?» En y réfléchissant, il a la réponse dans les propos qu’il a tenus. En effet, si Dieu est le Dieu du jour et de la nuit, de l’été et de l’hiver (Psaume 74.16-17), alors ce principe s’applique également à ses ennemis : leur opposition fait aussi partie du dessein souverain du Dieu qui a un parfait contrôle sur sa cause.

Méditation du 20 mai

J’étais stupide et sans connaissance.

Psaume 73.22

Voilà l’apprentissage du croyant durant son pèlerinage terrestre : plus il avance, plus il prend conscience de sa stupidité et de son ignorance. Le Seigneur se révélant à lui, il est dorénavant en mesure de saisir combien il est stupide de ne pas tenir compte de cette révélation. Le psalmiste s’était en effet aigri devant la prospérité des infidèles, comme si l’existence d’un homme ne s’inscrivait pas dans l’éternité. Puis il s’est rendu compte du privilège de la grâce : quand Dieu saisit la main d’une créature aussi indigne, il ne la lâche jamais et il la conduit jusque dans la gloire, pour l’éternité. Connaître cette vérité et surtout le Dieu de cette vérité vaut bien mieux qu’une certaine aisance sur terre qui ne dure qu’un temps. Que Dieu pardonne à son enfant sa stupidité et son ignorance et continue de le conduire dans sa grâce en Christ.

Méditation a la bonne heure 19 mai

19 mai

Car il délivrera le pauvre qui crie et le malheureux qui n’a point d’aide.

Psaume 72.12

Il est dans la nature du Dieu de l’Evangile d’être particulièrement attentif aux hommes pauvres et malheureux. Je serais même porté à dire que leur condition est, d’un point de vue spirituel, une opportunité. En effet, les richesses du riche risquent de l’aveugler sur sa pauvreté spirituelle, tandis que le pauvre sera plus à même de saisir sa dépendance. De même, celui qui a un réseau assez im­portant d’amis ira facilement vers eux pour trouver de l’aide, sans réaliser que son aide est bien limitée, s’il ne peut se tourner que vers ses semblables. Oui, se savoir pauvre et malheureux sans Dieu est une merveilleuse opportunité : Christ, en qui résident les plus grandes richesses, délivre le pauvre qui crie à lui et se montre le meilleur ami du malheu­reux qui ne regarde pas aux hommes pour trouver ses appuis.

Méditation a la bonne heure 18 mai

Sois pour moi un rocher qui me serve d’asile.

Psaume 71.3

Les circonstances de la vie d’un homme sont parfois comme les flots de la mer avec un navire ; ça heurte, ça secoue, ça claque et ça conduit même là où on ne pensait pas al­ler. Certaines tempêtes peuvent aussi mettre les navires en pièces. C’est pourquoi l’homme prudent s’assurera d’un lieu où il peut être à l’abri quoi qu’il arrive. Le psalmiste a trouvé le plus sûr des appuis en l’Eternel lui-même ; rien de mieux en effet que d’aller vers celui qui règne au-dessus de toutes choses. Le rocher en est une belle illustration en Christ, lui qui a été frappé pour mettre à l’abri tous ceux qui se confient en lui. C’est lui et lui seul, notre asile en tout temps, et il est de notre plus grand in­térêt d’y venir et d’y revenir sans cesse. Même les flots servent finalement à nous ramener vers ce rocher salutaire.

A la bonne heure Méditation 17 mai

17 mai

J’enfonce dans la fange profonde, sans pouvoir me tenir.

Psaume 69.3

Voici ce que l’homme peut dire lorsque la vue spirituelle lui est accordée. Bien qu’il ait pris, depuis sa naissance, l’habitude de vivre avec le péché, le Saint-Esprit le lui montre do­rénavant sous un jour nouveau. De ce fait, il se voit s’enfoncer dans cette boue profonde, au point où chaque appui pour s’en sortir lui échappe. Il ne peut plus alors qu’en appeler à Dieu pour qu’il vienne à son secours. Mais les paroles de notre texte peuvent également être attribuées à notre Seigneur Jésus-Christ, lorsqu’il était suspendu en croix. En prenant sur lui tous les péchés de son peuple, alors que sa sainte nature y était diamétralement opposée, il se voyait s’enfoncer dans cette boue profonde, certainement avec une répu­gnance qu’on ne peut même pas imaginer… Mais son amour pour les siens était encore plus profond…

Méditation a la bonne heure 16 mai

16 mai

Ton héritage épuisé, c’est toi qui l’as rétabli.

Psaume 68.10

Par les durs combats que l’Eglise doit conti­nuellement mener, il lui arrive d’être fatiguée, voire épuisée. Si tu es dans cette situation, cher lecteur, souviens-toi que Christ a reçu de son Père l’Eglise en héritage. L’abandonnerait-il en un moment pareil ? D’ailleurs, quel que soit le moment, nous pouvons être sûrs qu’il vient toujours à son secours (Esaïe 41.10) ! La promesse contenue dans notre texte donne même l’assurance de son rétablissement. Il existe en effet en Christ une provision parfai­tement adaptée à chacun des besoins de ses enfants. Cette provision est à recueillir à la croix. C’est là que le Seigneur t’invite à venir continuellement, sans jamais te restreindre ; tu y trouveras toujours la provision de pardon pour le péché, même lorsque cela te semble impossible. C’est à la croix qu’est assuré ton rétablissement.

Méditation à la bonne heure 13 mai

13 mai

Lorsque je me souviens de toi sur ma couche, je médite sur toi pendant les veilles de la nuit.

Psaume 63.7

Les jours qui passent ont ceci en commun qu’ils nous donnent l’occasion de toujours plus réaliser les profondeurs du péché, mais également les profondeurs plus grandes en­core de la grâce. Quand arrive le soir et que nous faisons le point devant Dieu de ce que nous avons pu voir, faire, comprendre, aimer, haïr, quand toutes ces choses nous mènent une fois encore à la croix de Christ, parce que c’est là que toutes choses nous mènent et que c’est aussi de là que toutes choses découlent, alors ce temps est un temps les plus profita­bles que nous ayons dans une journée. Quand les ténèbres approchent ou qu’elles sont déjà là, quelle bénédiction de se souvenir de Dieu et de méditer sur lui ! Ainsi, la lumière de Christ continue d’illuminer notre cœur, alors que nous devons nous abandonner au sommeil.

Méditation à la bonne heure 12 mai

12 mai

Tu as donné à ceux qui te craignent une bannière en fa­veur de la vérité.

Psaume 60.6

Marchant dans la crainte de Dieu, les croyants ont une vie qui se distingue de celle des impies. La différence se trouve dans ce qu’ils reçoivent de la part de Dieu : l’Esprit qui inspire la crainte respectueuse donne égale­ment une nouvelle disposition à l’égard de la vérité qui se trouve en Christ. La vérité de­vient en effet précieuse pour le croyant ; elle est son point de repère et il l’aime. Il n’a pas honte d’elle, mais au contraire, il veut qu’elle soit connue et reconnue jusqu’aux extrémités du monde. Il fait d’ailleurs tout ce qu’il peut dans cette perspective. Souvenons-nous des soldats d’antan qui portaient avec fierté la bannière de leur armée en allant au combat ; les croyants doivent aussi avancer fièrement dans ce monde avec la bannière de la vérité, vivre en tout temps et être prêts à mourir pour elle.

Méditation à la bonne heure 11 mai

11 mai

Ils errent ça et là, cherchant leur nourriture.

Psaume 59.16

Les hommes sont tous en quête de bon­heur. Il existe en effet en eux un vide à ce su­jet et ils cherchent à le combler. Leur nature intrinsèquement rebelle à Dieu les pousse malheureusement à chercher leur bonheur en dehors de lui. Ils s’orientent donc « çà et là » vers toutes les sortes de propositions qui se trouvent dans le monde ; le sexe, l’argent, la drogue, le sport, le manger et le boire, la religion même, pourvu que cela les glorifie dans leurs œuvres, etc. Ce n’est cependant pas dans ces choses qu’ils combleront les be­soins de leur âme. Rien de tout cela n’est en mesure de pleinement satisfaire le désir qu’ils ont d’être heureux. Celui qui a créé l’âme sait comment la rassasier. Il déclare qu’en Christ seul se trouve la nourriture qui donne la vie (Jean 6.33-35) ; celui qui la discerne est heu­reux (Proverbes 16.20).