Méditation a la bonne heure 20 août


Comment entendront-ils parler de lui sans prédicateurs ?Romains 10.14. Il existe un nombre assez important de personnes, dans les cercles religieux, qui disent apporter la bonne nouvelle du salut. Pour cela, s’appuyant sur de réels talents, elles annoncent selon elles le message de l’Evangile par le biais de la musique, du théâtre et même du mime (ce qui est un comble pour faire entendre la parole de Dieu) ! Pourtant, Paul n’acceptait même pas l’utilisation de talents d’orateur, de peur, disait-il, que la croix de Christ ne soit rendue vaine (1 Corinthiens 1.17)1 En effet, prêcher l’Evangile consiste simplement à prêcher Christ, selon les Ecritures, par la puissance du Saint-Esprit. Dieu se glorifie en utilisant pour cela des hommes conscients au plus haut point de leur faiblesse ; ils témoignent oralement du Dieu qui sauve souverainement et pour lequel ils sont brûlants d’amour en Jésus-Christ.

Méditation a la bonne heure 19 août

Méditation a la bonne heure 19 aoûtJe ferai miséricorde à qui je ferai miséricorde et j’aurai compassion de qui j’aurai compassion.Romains 9.15
Parvenu à l’un des plus beaux sommets de l’Ecriture, le croyant tombe en adoration aux pieds du Dieu à la miséricorde et à la compassion incompréhensibles. Comment peut-il en effet les exercer envers des créatures dignes d’un châtiment éternel ? Pourquoi ne les balaie-t-il pas toutes autant qu’elles sont pour les expédier loin de sa face et de ses bienfaits ? Au lieu de cela, dans sa souveraine grâce, Dieu décide d’activer abondamment sa miséricorde et sa compassion envers un peuple nombreux issu de ces créatures rebelles. Quelqu’un oserait peut-être lui reprocher de ne pas les exer-cer envers tous ; l’esprit de cet être atteint par la corruption penserait-il faire la leçon à son saint créateur ? Qu’il s’humilie plutôt en implo¬rant sa miséricorde et sa compassion ; Dieu ne les refuse à aucun de ceux qui s’approchent ainsi de lui !

Méditation a la bonne heure18 août

Nous sommes plus que vainqueurs par celui qui nous a aimés.Romains 8.37 Dès sa conversion, le chrétien est toujours dans le monde, mais il ne fait plus partie du monde. Il est dorénavant au service du roi des rois, combattant contre le péché et conquérant des âmes perdues. Sa vie est jonchée de victoires sur le mal, mais aussi de défaites parfois « cuisantes », au point qu’il ne sait plus parfois qui il est, s’il est vraiment chrétien, s’il pourra se relever ou plutôt si Dieu le relèvera de sa situation de péché. Par notre texte, Dieu fait à son enfant une promesse des plus réconfortante : il lui assure la victoire face à tous ses ennemis, même les plus terribles. Pourquoi ? Parce que la victoire est assurée par Christ. Amis croyants, allons sans cesse et dans toute notre faiblesse à la croix recevoir les bienfaits de notre victoire en Christ.

Méditation a la bonne heure 17 août


Je ne fais pas le bien que je veux, mais je pratique le mal que je ne veux pas.Romains 7.19 L’apôtre met le doigt sur le centre du conflit dans la vie du chrétien : il existe deux volontés qui s’opposent en lui et dont il ne sera jamais complètement débarrassé durant sa vie terrestre. Cette situation le met sous tension, le rend malheureux même, car pratiquer le mal qu’il ne veut pas lui procure une vive douleur dans l’âme. Le chrétien a en effet de plus en plus conscience de l’horreur de son péché et de l’offense qu’il représente envers son Dieu. Il se rend également plus nettement compte du bien qu’il devrait faire sans y parvenir encore. Cette situation le porterait à un complet désespoir s’il n’avait la perspective glorieuse de la délivrance certaine qui se trouve en Jésus- Christ (Romains 7.24-25). Fixons donc sans cesse les regards sur celui qui est seul capable de remédier à la vive douleur de l’âme !

Méditation a la bonne heure 16 août

Méditation a la bonne heure 16 août
Ne livrez pas vos membres au péché, comme armes pour l’injustice ; mais livrez-vous vous-mêmes à Dieu.Romains 6.13
Le statut que Dieu accorde à chacun de ses enfants en Jésus-Christ a des implications évidentes dans leur vie : ils doivent s’éloigner avec force et détermination de tout ce qui est péché. Y céder, c’est transformer les membres de leur corps comme des armes pointées contre Dieu. Le chrétien doit en effet toujours se souvenir qu’il est, durant son pèlerinage sur terre, engagé dans une guerre sans merci contre le péché. Il doit donc entièrement être au service de la justice, manifestée en son bien aimé Sauveur. Cela se traduit par une attitude irréprochable devant les hommes, une attitude supérieure à celle des religieux en ce qu’elle manifeste une réelle intimité avec le Dieu vivant. Chaque membre du corps du croyant devient alors une arme utile qui devrait pousser les incrédules à capituler devant Dieu.

Méditation a la bonne heure 14 août


Mais face à la promesse de Dieu il ne douta point, par incrédulité, mais fortifié par la foi, il donna gloire à Dieu. Romains 4.20 Il arrive souvent au croyant de se trouver dans des circonstances qui ne lui laissent apparemment rien présager de favorable à sa situation. Comment réagir alors ? Tout simplement en se tournant vers Dieu et sa parole ; cette dernière porte en elle-même la promesse de son accomplissement. Dieu mentirait-il ? Bien sûr que non ! Comme Abraham, nous pouvons être certains que Dieu tient parole ; si les circonstances nous portent au découragement, confions-nous d’autant plus en celui qui en est le maître. C’est en effet dans ces circonstances qu’il se manifeste comme le Dieu de l’impossible. Contre toute attente, Abraham obtint la descendance promise ; de la même manière et quoi qu’il se passe, que Dieu nous donne de nous confier dans le beau nom de Christ, ce qui ne manquera pas de le glorifier.

Méditation a la bonne heure 13 août

C’est lui que Dieu a destiné comme moyen d’expiation pour ceux qui auraient la foi en son sang.
Romains 3.25
La décision de sauver ou pas des pécheurs revient à Dieu ; dans sa souveraine grâce, il a décidé de sauver en Jésus-Christ un peuple nombreux, issu de divers horizons raciaux, sociaux et économiques. Le problème principal de ces personnes étant leurs péchés, il fallait que ces derniers soient parfaitement expiés pour satisfaire la justice divine. Cette expiation parfaite, Dieu l’a accordé en Christ ; tous ceux qui veulent accéder à Dieu par un autre moyen méprisent non seulement celui qui a fixé les conditions, mais aussi «la condition » elle-même, qui est en Christ seul. Il ne fallait en effet rien de moins que le sang de Dieu fait homme pour satisfaire à l’exigence divine ; il ne faut également rien de plus pour avoir l’ensemble de nos péchés, passés, présents et à venir définitivement expiés. C’est en son sang versé au calvaire que ma foi doit se reposer

Méditation a la bonne heure 12 août


Ils montrent que l’œuvre de la loi est écrite dans leurs cœurs ; leur conscience en rend témoignage, et leurs raisonnements les accusent ou les défendent tour à tour.Romains 2.15 L’apôtre Paul démontre ici que la loi de Dieu n’est pas simplement un concept extérieur à l’homme ; en effet, elle est même écrite dans les cœurs. Ainsi, les hommes ont naturellement une indication du bien et du mal. Il est cependant à déplorer qu’ils cherchent de plus en plus à s’en détacher, souvent en relativisant le bien et le mal, comme s’ils ne pouvaient pas être absolus. C’est ainsi que, plutôt que de trancher entre le blanc et le noir, les hommes sont de plus en plus friands du gris, comme s’ils pouvaient, de cette façon, être reconnus comme « neutres » parmi leurs semblables. C’est en réalité une attitude hypocrite. Si elle arrange bien les sphères humaines qui apprécient les spiritualités « à leur sauce », Dieu n’en est pas satisfait ; elles font en effet fi de Christ, en qui se trouvent tous les absolus divins.

Méditation a la bonne heure 11 août

La colère de Dieu se révèle du ciel contre toute impiété et toute injustice des hommes qui retiennent injustement la vérité captive.

Romains 1.18

La colère de Dieu est un sujet rejeté par les hommes, même parmi les croyants. Selon l’Ecriture, elle est pourtant bien réelle, et pour cause : les hommes se permettent en quelque sorte de retenir la vérité prisonnière là où elle se manifeste. Elle dérange tous ceux qui préfè­rent « leur vérité » (le fruit de leur propre pen­sée) ; elle n’est en réalité qu’un moyen parmi tant d’autres de rejeter le Christ-Jésus. C’est pourquoi Dieu est en colère, dans une sainte colère, contre ceux qui cherchent ainsi à enfer­mer la lumière qui est en Christ dans les ténè­bres de leur impiété et de leur injustice. Leur supercherie sera clairement manifeste face à la révélation du Dieu dont on ne se moque pas sans conséquences. Que la vérité qui est en Christ fasse sauter tous les verrous du péché en moi et autour de moi !

Méditation a la bonne heure 10 août

Méditation a la bonne heure 10 août
Certainement cet homme est un meurtrier, puisque, à peine sauvé de la mer, la Justice divine n’a pas voulu le laisser vivre.Actes 28.4
Même s’il ne se confie pas au Seigneur, l’homme sait que Dieu existe (Romains 1.19- 20). Les habitants de Malte, où se trouvait Paul, n’avaient pas encore entendu parler de l’Evangile mais ils avaient déjà un sens de ce qu’ils nommaient alors «la Justice » et qui est une certaine idée de Dieu. Nous pouvons remarquer que cette idée n’est pas précise, car elle ne peut l’être qu’à la lecture de la Bible. En effet, les Maltais se fient ici aux circonstances pour juger de la condition de Paul ; il vient d’être mordu par un serpent. Aujourd’hui encore, même parmi les croyants, beaucoup se fient aux circonstances pour juger de la condition d’une personne. C’est une erreur que Dieu condamne (Job 42.7-8), car, plutôt que de faire des déductions hasardeuses, les croyants sont appelés à faire connaître son nom en Christ.