Méditation a la bonne heure 19 juin

Pourquoi les nations diraient-elles : Où donc est leur Dieu ?
Psaume 115.2
Le psalmiste a en point de mire la gloire de Dieu. Il n’a aucun doute sur le fait qu’elle resplendit, mais il craint une confusion de la part de ceux qui la voient : ils ont une telle ignorance du vrai Dieu qu’ils pourraient attribuer la manifestation de cette gloire à l’homme. C’est pourquoi le psalmiste intercède auprès de Dieu pour que ce soit bien son nom qui soit glorifié (Psaume 115.1). Qu’il est affligeant pour le croyant de voir l’athée placer le vrai Dieu à côté de toutes sortes d’idoles ! En faisant entrer, à l’époque, l’arche de l’Eternel dans le temple de Dagon, les Philistins avaient vu que l’idole ne pouvait tenir debout face à elle (1 Samuel 5.4). De la même manière, le croyant supplie le vrai Dieu de glorifier encore de façon marquante le nom de Christ dans sa vie, en faisant tomber toutes les idoles.

Méditation a la bonne heure 18 juin

18 juin

Il ne craint pas de mauvaise nouvelle ; son cœur est ferme, confiant en l’Eternel ;

Psaume 112.7

La douce intimité du croyant avec son Seigneur lui donne un regard avisé sur les circonstances. Rencontrer son Dieu avant de se lancer dans des activités subalternes lui montre où sont les vraies priorités ; durant cette rencontre, il reçoit en effet sous un nou­veau jour LA Bonne Nouvelle de l’Evangile et c’est seulement sur ce fondement qu’il peut envisager le reste. Que peut-il craindre après un entretien avec celui qui est au-dessus de toutes choses ? Quelle que soit la nouvelle qui lui parvient, bonne ou mauvaise, il sait qu’elle est sous le contrôle du Dieu providentiel. Mieux : il sait que cette nouvelle est un ou­til dans l’accomplissement du dessein divin. C’est pourquoi, même si le croyant doit être chagriné, son cœur sera affermi, son pas sera confiant et son témoignage marquant.

Méditation a la bonne heure 17 juin

17 juin

En chemin il boit au torrent : c’est pourquoi il relève la tête.

Psaume 110.7

Notre Seigneur Jésus-Christ nous dit par sa parole qu’il revient bientôt (Apocalypse 22.20). Il y a eu en effet le temps où il est venu pour souffrir et mourir pour les pécheurs, un temps où il a été méprisé, où il a souffert de la faim et de la soif ; c’était le temps qui menait à la croix. Maintenant, il ne revient pas comme le serviteur souffrant mais comme le roi glorieux. Il vient dans sa puissance avec sa rétribution. Et en attendant que tout œil le voie tel qu’il est, son règne ne cesse de s’étendre (Psaume 110.2) ; chaque jour, il ajoute en effet à l’Eglise ceux qui sont sauvés. C’est en cela qu’il « boit au torrent », sa soif de la conversion des pécheurs étant au fur et à mesure satisfaite. Buvons donc en Christ à ce torrent de grâce et relevons la tête ; il n’a jamais été aussi proche. Oui, viens Seigneur Jésus

Méditation a la bonne heure 16 Juin

16 juin

Réveille-toi, mon luth, ainsi que ma harpe ! Je réveillerai l’aurore.

Psaume 108.3

En s’adressant à ses instruments, le psalmiste s’adresse indirectement à son âme ; il exprime ainsi son désir de louer Dieu. Cet appel au réveil montre que la louange n’est pas naturelle, mais qu’elle a besoin d’être dirigée. Devant l’opposition du monde, du diable et de la chair, le croyant serait en effet tenté de raccrocher les instruments et de sombrer dans la déprime, voire dans le désespoir. Mais voilà, il suffit de tourner les regards vers le Dieu souverain, le Dieu de la grâce abondante qui s’écoule en Jésus-Christ, le Dieu de la providence qui mène tout à bonne fin pour les croyants, pour aborder l’aurore de nos journées, l’aurore de nos semaines, l’aurore de notre éternité dans la louange. Que notre vie soit, comme celle de David, marquée par la célébration de celui en qui résident toute gloire et tout pouvoir aux siècles des siècles ! Amen !

Méditation a la bonne heure 15 juin

 15 juin

Car il a brisé les portes de bronze, il a rompu les verrous de fer. ^

Psaume 107.16

Le péché peut tenir l’âme captive en l’en­fermant dans des pensées et des pratiques des plus honteuses pour les enfants de Dieu. Combien d’entre eux aujourd’hui sont abattus, sans force et timorés dans leur témoignage à cause de ce type d’emprisonnement spirituel ? Il leur faut alors se saisir de la promesse conte­nue dans notre texte : les lourdes portes qui se dressent devant eux pour empêcher leur progression sont brisées en Christ. Les péchés les plus tenaces, ceux qui les privent depuis si longtemps de la jouissance de la liberté spirituelle, doivent céder devant la personne et l’œuvre de Christ. En lui, la porte leur est ouverte pour accéder à des trésors cachés et saisir l’honneur qui leur est fait d’être ses co­héritiers. O mon Sauveur, marche devant moi pour ouvrir mon chemin dans tes voies !

Méditation a la bonne heure 14 juin

14 Juin

Ils se mêlèrent avec les na­tions et ils apprirent à imiter leurs œuvres. ^

Psaume 106.35

Au lieu de détruire les nations devant lui comme le Seigneur le lui avait ordonné, le peuple d’Israël les avait laissés vivre. Comme une désobéissance ouvre la porte à une autre, Israël avait ensuite « traité » avec ces nations ; on se regarde, on partage, on fait ensemble et on finit par se ressembler. Au lieu d’être un peuple saint, séparé des autres dans leurs pratiques, ils les copiaient même dans leurs cultes idolâtres. L’Eglise du Seigneur doit être très attentive à cette mauvaise expérience. Ce n’est pas à elle d’imiter les non-croyants dans ce qu’ils font, elle doit plutôt être un modèle pour eux. Ce n’est pas en leur ressemblant, en se mêlant à eux, qu’on peut les attirer au Seigneur, mais en menant une vie sainte, proche de Dieu ; la pratique qui accompagne l’annonce de la parole parle encore plus fort.

Méditation a la bonne heure 13 juin

 13 juin

Il envoya devant eux un homme : Joseph fut vendu comme esclave.

Psaume 105.17

Lorsqu’un gouvernement envoie un de ses représentants dans un pays étranger, il choi­sit toujours une personne qui sera reçue avec honneur. Mais en envoyant Joseph devant ses frères en Egypte, Dieu décida qu’il y arriverait comme un esclave. Les voies de Dieu sont sou­vent inattendues parmi les hommes, car c’est par Joseph que le peuple trouverait plus tard la solution à sa famine. De la même manière, qui aurait imaginé que Dieu allait envoyer son Fils bien-aimé comme un esclave parmi les hommes ? N’a-t-il pas aussi été vendu pour quelques pièces ? Mais rien de tout ce qui ar­rivait n’échappa à Dieu, qui accomplissait avec exactitude son dessein de salut ; Jésus est ce­lui par qui le peuple trouve la solution à sa famine spirituelle. Il existe aujourd’hui en lui des réserves inépuisables d’abondance pour chacun de nos besoins.

Méditation a la bonne heure 12 juin

12 juin

Que les pécheurs disparais­sent de la terre, et que les mé­chants ne soient plus!

Psaume 104.35

Après avoir loué Dieu pour sa grandeur jusque dans ses œuvres, le psalmiste s’arrête sur la situation des pécheurs : seraient-ils donc la tache sur le beau tableau présenté juste avant ? Il est certain que le péché fait des dé­gâts considérables dans la vie des hommes ; il est le poison qui envahit chaque partie de leur existence, et c’est aussi par eux qu’il ne cesse de se répandre. C’est pourquoi, la meilleure des choses qui puisse arriver sur terre, c’est la disparition totale des pécheurs. En fait, le psal­miste est exaucé chaque fois que le Seigneur convertit un pécheur et le déclare juste en vertu de la personne et de l’œuvre de Christ. Dans cette perspective, les pécheurs dispa­raissent progressivement de la terre et l’âme des croyants ne cesse de se réjouir de cette œuvre plus extraordinaire encore de la grâce accordée en Christ.

Méditation a la bonne heure 11 juin

 11 juin

Autant l’orient est éloigné de l’occident, autant il éloigne de nous nos offenses.

Psaume 103.12

Avec le temps, le croyant voit le péché de plus en plus distinctement. De ce fait, il semble être encore très présent dans sa vie. Cela ne manque pas de le décourager, car il sait com­bien le péché est en horreur à l’Eternel et quel prix il coûta à Golgotha pour sauver le peuple de Dieu. Il est alors opportun de nous sou­venir de ce que notre texte dit d’une manière des plus explicite : à la croix, Christ a éloigné les croyants de leurs péchés, la distance entre l’orient et l’occident illustrant la séparation qui existe dorénavant entre eux. Il faut donc constamment nous rappeler ce fait ; quand la progression dans la grâce nous donne de voir le péché là où il n’était pas visible auparavant, souvenons-nous qu’en Christ il a été porté « hors de la porte » (Hébreux 13.12), loin de nous, afin de nous sanctifier.

 

Méditation a la bonne heure 10 Juin

10 Juin

Je veille, et je suis comme l’oiseau solitaire sur un toit. ^

Psaume 102.8

Il arrive parfois au croyant d’être si tourmenté par ses difficultés que même le sommeil le fuit. Les pensées se bousculent alors à l’intérieur, comme dans un labyrinthe où l’issue semble impossible à trouver. Durant ces temps, le croyant trouve peu ou pas de compréhension parmi ses semblables ; il vit sa marche chrétienne un peu à l’écart, dans une espèce de solitude. Elle ne se vit cependant pas complètement seul, puisque le Seigneur est bien présent. C’est d’ailleurs l’occasion de prendre conscience de cette présence et de l’apprécier. « L’oiseau solitaire » est en effet « sur un toit », ce qui lui permet d’avoir de la perspective ! Si le Seigneur nous donne de vivre une telle situation, c’est probablement le moment de prendre du recul, de regarder au loin et enfin de reprendre un envol soutenu par la grâce de Dieu en Christ.